Rapport annuel 2015
Rapport annuel 2015

Le Secrétariat s’est employé à représenter et défendre les intérêts des membres dans quelque 70 groupes de travail, commissions, plateformes et autres consultations majoritairement initiées par l’Etat. En la matière, les collaborateurs du Secrétariat ont eu à faire face à une véritable inflation des sollicitations. A titre d’exemple, pour le seul dossier de la fermeture des lits du SUPAA, ce ne sont pas moins de 36 séances de deux heures chacune, auxquelles un ou plusieurs membres du Secrétariat et parfois du Comité ont participé, sans compter les heures de préparation et de coordination nécessaires.

 

Comme les années précédentes, la permanence juridique du secrétariat général a été très active et a régulièrement été sollicitée par les établissements. Une vingtaine de demandes a été traitée chaque semaine allant de la simple précision d’une disposition légale jusqu’à l’étude détaillée d’une situation particulière. 87% des requêtes ont fait l’objet d’un conseil juridique rapide et immédiat. 13% des demandes ont toutefois nécessité une analyse juridique plus pointue ou une assistance plus soutenue notamment par des démarches et interventions auprès de représentants de travailleurs.

 

Les rencontres bimestrielles entre le Président et le Secrétaire général d’une part et les Chefs des Services (SASH et SSP) du DSAS d’autre part, ainsi que les rencontres semestrielles avec le Chef de Département se sont poursuivies, permettant un échange fructueux et une meilleure compréhension réciproque des points de vue sur les dossiers et thématiques d’actualité. Nombre de décisions dans le domaine du financement ont pu être traitées à satisfaction de la sorte.

 

Le travail en partenariat au niveau national, romand et cantonal a continué. Notamment, avec l’association faitière CURAVIVA Suisse, l’AFIPA (Association fribourgeoise des institutions pour personnes âgées), la Fédération des hôpitaux vaudois (FHV), l’Association vaudoise des organisations privées pour personnes en difficulté (AVOP), l’Association vaudoise d’aide et de soins à domicile (AVASAD) ou encore l’Association pour la recherche et la promotion en établissements gérontopsychiatriques (ARPEGE). La plateforme romande et la commission pédagogique romande qui réunissent toute deux l’ensemble des faitières cantonales des EMS, sous l’égide de CURAVIVA, se sont confirmés comme deux lieux essentiels pour favoriser les synergies.

 

Les processus d’élaboration et de mise en œuvre des nouvelles orientations du Comité (décrites dans la brochure intitulée « axes stratégiques ») ont été une opportunité de renouveler la dynamique associative. A cet égard il est heureux de constater que pas moins de 78 directeurs ou cadres représentant quelque 49 membres ont répondu présents et s’investissent dans le Comité, la Commission de gestion, le Conseil d’éthique, les observatoires, ainsi que dans la représentation et la défense des intérêts de la branche dans diverses plateformes externes. Les neufs observatoires constitués dans le second semestre de l’année, dont trois nouveaux, ont pris, chacun à son rythme, leur vitesse de croisière pour porter leurs fruits dans les années à venir.

 

François Sénéchaud

Secrétaire général